Mes derniers livres Chroniqués


La voie Rubis de Jean-Michel Calvez Le Highlander : les gardiens de l'ordre Sacré T.1 de D. Lygg Le Livre sans Nom de Anonyme Le Berceau de la Sève de Katheryne Roy Et à la fin, sera le verbe de Bernard Lebeau I am a hero de Kengô Hanazawa

Avis : Et à la fin, sera le verbe








Auteur : Bernard Lebeau
Éditeur : Éditions L.C.
Date de publication :  27/01/2016
Pages : 320
ISBN : 979-10-93510-53-8




La vie est fin en soi. Elle comprend la mort. À la suite de ses deux premiers livres « grand public », l’auteur poursuit dans cet essai son travail d’humaniste pour soumettre à autrui des pièces de réflexion sur le bonheur de vivre et la recherche d’une mort paisible (« eu-thanatos »). Ces pièces sont décorées selon l’humeur du jour par l’actualité 2015, l’histoire, la littérature, les arts, les sciences, la philosophie… et enrichies d’un index de plus de six cents références.
  Bernard Lebeau est cancérologue et pneumologue, ancien chef de service à l’hôpital Saint-Antoine de Paris et professeur de pneumologie à l’université Pierre et Marie Curie, Paris V. Il a été l’auteur de plus de quatre cents articles et de nombreux ouvrages médicaux, ainsi que de deux livres « grand public » : 2001, Odyssée de l’Espèce, essai paru en 2002 aux éditions Atlantica et L’Euthanasieur, roman paru en 2013 aux éditions La Boîte à Pandore.





 
Comme toujours, si vous souhaitez accéder directement au résumé et à la conclusion, je vous laisse suivre les pancartes ^^

J'ai reçu ce livre lors d'une Masse Critique Babelio et je remercie donc Babelio ainsi que les Éditions L.C. pour ce livre. Je vous prie également d'excuser mon retard ^^'

Ce livre n'est un pas un roman ordinaire. Ce n'est d'ailleurs pas un roman, puisque c'est un essai. Mais même là, ce n’est pas un essai ordinaire. Bernard Lebeau nous entraine dans un voyage au cœur de l'actualité, mais également des pensées, de la culture et surtout de la réflexion. Ainsi au travers de nombreux verbes, nous allons étudier en 3-4 pages un phénomène différent mais que l'auteur va toujours rattacher au thème de la vie et de la mort, ou plutôt de la bonne mort.


Cela ne concerne pas que l'euthanasie (bien que ce soit son étymologie Eu : bon, bienfaisant, Thanatos : la mort). Cela concerne aussi toutes les façons de mourir, que ce soit le suicide, mais également la mort assisté. Mais nous allons aussi parler de la vie, de sa beauté, de ce qui fait son charme et notamment la naissance, la renaissance, ou simplement le fait de profiter de la vie et de trouver son propre bonheur.

Tout en douceur, l'auteur nous expose les faits et j'ai souvent eu l'impression d'entamer une discussion avec lui. Les verbes, qui sont les plus puissants grammaticalement parlant puisque quasiment aucune phrase ne se fait sans eux, nous emmène dans un voyage dont on ne revient pas indemne. Si je parle de dialogue et non de discours, c'est bien parce que Monsieur Lebeau s'assure à chaque fois que tous les éléments de la question aient été soulevés qu'ils soient pour ou contre son opinion. Cela permet ainsi l'instauration d'un vrai dialogue et d'une mise en perspective qui facilite la réflexion. 
De plus, l'auteur a parsemé son texte de quelques bon mots, ce qui permet une lecture très agréable.

Puis, au final, le verbe "Vivre" nous livre une formidable synthèse et une apothéose. Non, je ne parle de religion, mais bien d'une pensée qui se veut non pas conquérante, mais constructive, non pas prosélyte, mais compréhensive, non pas rétro, mais moderne.

Bref, vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé lire cet essai et bien que cela ne soit pas mon genre de prédilection, je pense lire les deux autres livres. Je pense que tous, que l'on soit pour ou contre ce sujet, nous devrions nous rassembler autour de textes et d'hommes comme M. Lebeau pour discuter, échanger et construire l'avenir tous ensemble.





Au final, c'est une très belle surprise que cet essai dans le sens où il nous présente toutes les faces du problème et non pas uniquement le point de vue de l'auteur (même s'il est présent naturellement). Cela permet d'engager un vrai dialogue et surtout de réfléchir à ces questions difficiles et pourtant si naturelles, de la vie et de la mort.

Très Bien


Challenges

Coupe des 4 Maison

Challenge Tour du Monde Challenge Compte tes Pages

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Un blog sans empreinte écologique !

Avis : le Berceau de la Sève

Concours d'Écriture !