Mes derniers livres Chroniqués


La voie Rubis de Jean-Michel Calvez Le Highlander : les gardiens de l'ordre Sacré T.1 de D. Lygg Le Livre sans Nom de Anonyme Le Berceau de la Sève de Katheryne Roy Et à la fin, sera le verbe de Bernard Lebeau I am a hero de Kengô Hanazawa

Avis : Régis


Bonsoir,

Ce soir, je viens vous parler d'un livre qui m'a touché et qui, sans être sans le meilleur des livres, constitue une porte d'entrée sur la psychiatrie très intéressante. Si vous n'avez pas peur de vous confronter à la folie, au désespoir, à la recherche de sens et de vérité, prenez ma main et franchissons la porte du monde de Régis !



Auteur : James Osmont
Éditeur : Librinova
Pages : 274




Régis aime la littérature et l'automne, les décibels et l'errance. Il n'a pas choisi le mal qui le ronge. Vivant la plupart du temps en lui-même, il perçoit une réalité déformée et angoissante, où tout fait sens. Dans sa psychose, il s'accroche à de fragiles repères : des personnages sans nom, des impressions sans fondement, des chansons sans espoir... Pourtant, peu de temps avant les attentats du 13 novembre 2015, le retour d'un mystérieux persécuteur va faire vaciller son équilibre précaire. Jusqu'au point de non-retour...




Comme toujours, si vous souhaitez allez directement au résumé et à la conclusion, suivez le guide ;)

Je remercie tout d'abord Livraddict ainsi que les Éditions Librinova pour ce partenariat que j'ai bien apprécié.

Ensuite, je dois vous avertir : Régis, vous l'aimez ou vous ne l'aimez pas. On ne peut que difficilement avoir un avis neutre après la lecture de ce livre. Pour ma part, j'ai aimé ce récit, mais il faut admettre que certaines choses m'ont dérangées.

Enfin, pour ceux (et celles) qui ne le sauraient pas, je tenais à préciser que James Osmont est soignant dans une unité psychiatrique depuis plus de 10 ans et qu'il a donc l'expérience de ces situations :)

Dès que j'ai entendu parler de Régis par ma copinaute Salhuna (que je remercie pour ce partage), j'ai tout de suite voulu le lire. Sa couverture, mais aussi et surtout son sujet m'ont grandement intéressés. J'ai donc sauté sur l'occasion lorsqu'il a été proposé en partenariat par Livraddict.

Régis est une personne malade, schizophrène et victime d'un symptôme de persécution. Il faut dire que s'il a commis un crime horrible, il n'a en rien été aidé par la vie avec une famille tout sauf aimante et bienveillante et des Prédateurs dès l'âge de 11 ans. Il est accompagné par Sandrine, une infirmière bienveillante qui l'a pris sous aile (depuis le temps qu'il réside dans la même unité) et de Amine, son seul et unique véritable ami.


La force de James Osmont réside dans son écriture qui, selon moi, réussit très bien à retranscrire les émotions de ses personnages. Tantôt descriptive et chaleureuse, tantôt froide et cassante, à aucun moment je n'ai ressenti de gêne à ce niveau. Les personnages sont eux-même très bien présentés, même si j'aurais aimé que certains, plus secondaires, tel Amine soient un petit peu plus décrit. Même s'il n'était qu'un personnage secondaire, il avait une certaine importance dans la vie de Régis. De même pour le Prédateur, qui s'il est très décrit psychiquement, reste toutefois un inconnu. Mais peut-être était-ce la la volonté de l'auteur ?

L'auteur profite également de ce roman pour donner son point de vue sur l’administration psychiatrique ou les récentes réformes des écoles infirmières. Bien qu’apparemment non dénués de fondement, il est vrai que cela est fait de manière un peu brutale et stéréotypés. Cela peut donc "bloquer" certains lecteurs non avertis ^^

L'histoire en elle-même m'a beaucoup touchée, d'une manière assez sombre. Il est évident que ce n'est pas un récit à lire si vous êtes dépressif(ve). Il nous questionne sur ce que ressentent les personnes prisonnières d'une camisole chimique ou thérapeutique, sur la meilleure manière de s'en occuper, sur la question de "peut-on les guérir ? ". C’est un récit, qui bien que sombre et peu porteur d'espoir, nous invite à pénétrer dans un monde peu connu, mais qui pourtant est au cœur de nos préoccupations. En effet, la France n'est-t-elle pas dans le TOP5 des pays consommateurs d'anxiolytiques ?

Enfin, il faut parler d'un point qui a cristallisée tous mes doutes : La musique. Autant j'aime la musique et j'ai des goûts éclectiques, autant j’ai du mal à l'écouter en lisant un livre. James Osmont a fait un pari en introduisant dans son livre, non seulement des références, mais également des paroles de musiques. En effet, Régis passe son temps à écouter un MP3 pour se canaliser. S'il est vrai que ces musiques apportent une ambiance et permettent de caractériser clairement son état d'esprit, elles ont été source de difficulté de lecture

Ayant un rythme propre, il a été difficile, pour ma part, de passer de la prose à des paroles et ensuite à de la prose sans "subir" une certaine déconnexion. De plus, les paroles étant majoritairement traduites de l'anglais, elles ont un rythme encore différent chanté et lu.
Malgré tout, je considère que cela n'a pas été un échec, car sans ces musiques, je pense que l’œuvre aurait été considérablement appauvri et la force de Régis diminué.

Le tome 2 est sorti. Si vous souhaitez lire Régis, n'allez pas voir, ne serait-ce que le titre de ce tome ^^
Pour ma part, je pense que je lirai ce tome 2 car je me demande bien comment ce sujet, à la fois différent et sensible, sera traitée. 

Je n'ai volontairement pas parlé de la fin car j'aurais peur de spoiler, mais pour moi, elle est parfaitement en accord avec l'histoire, même si j'avais envisagé plusieurs autres scénarios crédibles.



Il est difficile de résumer Régis. Il fait partie de ces livres qui doivent être lu afin de pouvoir en discuter. Néanmoins, si vous aimez le thème des Hôpitaux psychiatriques, des maladies mentales et de toutes les questions qui se posent autour, essayez-le. Ce n'est pas le meilleur des livres, mais il a la capacité de vous émouvoir, de vous horrifier, et de vous faire découvrir une partie de ce qu'est un Hôpital Psy de manière romancé.


Commentaires

  1. Très belle chronique.
    Pour le coup, les paroles de musique ne m'ont pas gêné, mais j'ai essayer en les écoutant en même temps que la lecture, et là par contre impossible ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci bien Salhuna ^^ Je n'étais pas sûr d'avoir dit l'essentiel :)
      Ah toi aussi ? Disons que cela aide pour l'ambiance, mais je confirme, c'est dur de lire en même temps.
      Liras tu le tome 2 ?

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de rester courtois et de respecter les règles habituelles de langage (pas de SMS, ...)

Posts les plus consultés de ce blog

Un blog sans empreinte écologique !

Avis : le Berceau de la Sève

Avis : Les gardiens de l'ordre sacré