Mes derniers livres Chroniqués


La voie Rubis de Jean-Michel Calvez Le Highlander : les gardiens de l'ordre Sacré T.1 de D. Lygg Le Livre sans Nom de Anonyme Le Berceau de la Sève de Katheryne Roy Et à la fin, sera le verbe de Bernard Lebeau I am a hero de Kengô Hanazawa

Avis en vrac n°5


Bonjour les ami(e)s, 

Aujourd'hui, je vous présente un nouvel avis en vrac sur des lectures d'Août, de Juillet et de Septembre :D Oui c'est un beau mix. Alors, cette fois, on va parler de vaches, de vieux chiens, de voyages improbables, d'un étranger, d'un classique, mais également d'un échange de portables qui vont conduire à une rencontre improbable. Bref, beaucoup de diversité ^^








Éditeur : Pocket
Date de Publication : 07/05/2014
Genre : Humoristique/Contemporain
Pages : 377
ISBN : 978-2-266-25521-9





Synopsis

Mis à part l'infidélité de son taureau, le bien nommé Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l'Allemagne.

Jusqu'au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu'elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes.

Afin d'éviter de finir entre deux tranches de pain de hamburger, Lolle, maligne comme un singe, décide de s'enfuir avec ses congénères pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l'Inde !

Mais la route est longue et semée de dangers, à commencer par Old Dog, le chien sanguinaire du fermier.

Débute alors pour Lolle et ses amis un périlleux voyage qui les conduit de l'autre côté de l'Atlantique, de New York à l'Ouest américain, territoire des bisons, jusqu'aux contreforts de l'Himalaya ...




Avis

A la manière d'un Jonas Jonasson, David Safier nous entraine dans une histoire absurde et rocambolesque où un groupe de vaches décident de s'enfuir de leur ferme, après avoir appris ce qu'il arrive à celles qu'on ne revoient jamais, c'est à dire la transformation en steak. Pour autant ces vaches ont des préoccupations bien humaines : à part rester en vie, trouver ou pardonner son amoureux, et trouver le bonheur. Il y a quelques fois des petites réflexions sur la religion ou sur notre rapport à la nourriture, bien que cela ne soit rien de pressant. Par contre, une petite incongruité subsiste en l'existence d'un chien (fantôme ? esprit ? Diable ?) qui les poursuit partout. Vue de l'esprit ou créature fantastique, je ne l'ai pas vraiment déterminé. Mais c'est un détail mineur.


En conclusion : C'est un petit livre absurde qui est plutôt marrant, on se prend au jeu dans la fuite des vaches et il se lit plutôt rapidement. La fin, par contre, peut sembler un peu bâclé.



 Éditeur :  Folio
Date de publication : 1942 pour la 1ére / 2009 pour la présente édition
Genre : Classique
Pages : 184
ISBN : 978-2-07-036002-4

Synopsis

"Quand la sonnerie a encore retenti, que la porte du box s'est ouverte, c'est le silence de la salle qui est monté vers moi, le silence, et cette singulière sensation que j'ai eue lorsque j'ai constaté que le jeune journaliste avait détourné les yeux. Je n'ai pas regardé du côté de Marie. Je n'en ai pas eu le temps parce que le président m'a dit dans une forme bizarre que j'aurais la tête tranchée sur une place publique au nom du peuple français..."

Avis

J'ai lu ce livre car on disait que c'était un classique si incontournable que l'on étudie quasiment au moins une fois dans son cursus scolaire (sauf moi :P). Et je dois dire que j'ai été surpris. En effet, je m'attendais à quelque chose de spécial du fait de son statut. Mais non. On suit ici l'histoire de Meursault, un gars un peu différent des autres et qui voit le monde d'une manière tout aussi différente des autres, un peu comme une source d'interrogation perpétuelle. Il vit ainsi au jour le jour et ne comprend pas toujours  les comportements de ses semblables. J'ai trouvé ce livre très poétique, mais le problème réside dans l'histoire que j'ai trouvée plutôt banale, ma foi. J'ai, sans doute, manqué ce qui en fait un classique quoique d'autres personnes m'ont dit avoir eu le même ressenti.

En conclusion : C'est un livre classique, écrit en entier à la premiére personne parlant d'une personne un peu différente (d'où l'étranger je pense) des standards de la société. Il est intéressant à connaitre, et se lit très rapidement, mais n'est pas transcendant. ^^




Éditeur : Pocket
Date de Publication : 2014
Genre : Romance / Contemporain
Pages :  453
ISBN : 978-2-266-22753-7


Synopsis

Dans leur téléphone, il y avait toute leur vie.

New York. Aéroport Kennedy.
Dans la salle d'embarquement bondée, un homme et une femme se télescopent. Dispute anodine, et chacun reprend sa route.
Madeline et Jonathan ne s'étaient jamais rencontrés, ils n'auraient jamais dû se revoir. Mais en ramassant leurs affaires, ils ont échangés leurs téléphones portables. Lorsqu'ils s'aperçoivent de leur méprise, ils sont séparés par 10000 kilomètres : elle est fleuriste à Paris, il tient un restaurant à San-Fransisco.
Cédant à la curiosité, chacun explore le contenu du téléphone de l'autre. Une double indiscrétion et une révélation : leurs vies sont liées par un secret qu'ils pensaient enterrés à jamais...


Avis

Ah Musso ! Toujours un roman sympathique pour se délasser. Malgré cela, comme ses autres livres, il ne me reste pas beaucoup de souvenirs. L'histoire, bien que convenue, part d'une anecdote réelle (si je ne me trompe pas). J'aime beaucoup cette idée de base d'échanger les téléphones portables. Malheureusement, certains comportements m'ont semblé tout à fait incongru. Or, étant donné que ce sont ces comportements qui lancent le roman, c'est un peu gênant. La romance inévitable est plutôt sympathique, ainsi que l'histoire développé, mais comme dit, elle ne reste pas longtemps en mémoire.

En conclusion : 
C'est un "classique" dans le sens qu'on retrouve la même forme de l'intrigue et de l'histoire, avec une même fin un peu limite mais qui permet de se reposer entre deux lectures plus prenantes.




Éditeur : J'ai Lu
Date de Publication :15 janvier 2009 (2004)
Genre : Policier
Pages : 123
ISBN : 978-2-290-35129-1

Synopsis

"Ton collègue blond est assez emmerdant mais je l'aime bien, et puis il est généreux. Il se pose des questions sans fond, il s'inquiète et ça fait le bruit des vagues. Toi en revanche, tu fais le bruit du vent. Ça se voit à ta manière de marcher, tu suis ton souffle. Ton ami blond voit une flaque. Il s'arrête, examine la chose et il la contourne, il prépare bien son affaire. Toi, tu ne vois même pas cette flaque mais tu passes à côté sans le savoir, au flair. Tu piges ? T'es comme un magicien... " Il a raison ce clochard, le commissaire Adamsberg est un véritable magicien.

Trois nouvelles pour le prouver, trois enquêtes du commissaire, à Paris, là où coule la Seine.

Avis

Pour ceux qui connaissent déjà Adamsberg, ce livre ne les étonnera pas du tout. Pour les autres, ne commencez surtout pas par celui-là ^^. On y retrouve donc Adamsberg et Danglard qui font des "minis" enquêtes Comme d'habitude, le commissaire va résoudre l'affaire non pas comme un magicien, mais avec un instinct que tous les policiers de France rêveraient de posséder.  On retrouve la plume de Fred Vargas avec plaisir, et même si on se demande avec circonspection, comment le commissaire va réussir, on s'amuse à suivre ses errances. Néanmoins, je trouve que la première nouvelle prend un peu de trop de place au détriment des deux autres. Cela reste malgré tout un bon petit livre pour les fans d'Adamsberg et de Vargas ;)

Commentaires

  1. Je confirme, j'ai étudié L'étranger à l'école ^^ L'appel de l'ange est un de mes Musso préférés, même si je ne m'en souviens plus tellement maintenant (comme souvent avec cet auteur...).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hey ! Salut Marinette :)
      Hein, c'est la malédiction du Triangle de Musso :P

      Supprimer
  2. C'est marrant, ça : Musso fait cet effet à tout le monde. On se régale à lire ses livres, mais on oublie presque aussitôt l'histoire. :-) Je n'ai pas lu celui-là.
    Je confirme, pour L'Etranger : comme beaucoup de gens, je l'ai lu (mais pas pour l'école, juste pour moi, par curiosité, et parce que j'avais adoré Caligula et La Peste, du même auteur), et je me demande encore pourquoi on le considère comme un incontournable...
    Ah... Vargas ! J'adore, j'adore, j'adore ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Gribouille ^^

      Oh oui, je ne sais pas si c'est fait exprès, mais à part le premier que j'ai lu (la Fille de Papier), Ils s'évanouissent de nos mémoires ^^ Un peu comme les Marc Levy ^^

      Quand j'aurais le temps, j'essaierai peut-être de lire les autres alors. Je me demande surtout qui a decrété que c'en était xD

      Et Vargas, tu as juste tout résumé :D

      Des bisous ;)

      Supprimer
  3. Pour être franche j'ai lu L'étranger suite à une remarque désagréable de ma prof de français au lycée sur nos lectures "hors cursus", et bien je n'ai pas accroché du tout à ce texte... (et pourtant j'adorais mes lectures "obligatoires").

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pff ! Des fois, certaines personnes devraient réfléchir avant de parler. Il est vrai que si j'aurais dû l'étudier en classe, je me serais bien ennuyé. Comme quoi, il faut toujours se méfier des étiquettes ;)

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Merci de rester courtois et de respecter les règles habituelles de langage (pas de SMS, ...)

Posts les plus consultés de ce blog

Un blog sans empreinte écologique !

Avis : le Berceau de la Sève

Avis : Les gardiens de l'ordre sacré